Le réalgar

Mais il y a la mer

15 mai 2018

Mais il y a la mer

Prose - Parution mai 2018« C’est une rue dans la ville, sans charme particulier, pavée à cette époque. Son attrait néanmoins venait de son pavement. Je l’aimais pour cela. D’un côté une enfilade de maisons, la plupart à étages, datant de la fin du dix-neuvième ; de l’autre le port, et séparé de lui par une allée d’arbres : un lieu de promenade appelé la petite Rabine en opposition à la grande Rabine, située sur l’autre rive. Large et longue, aux beaux jours les mères de famille s’y rencontraient, les enfants (…)

Entre chair et terre

28 février 2017

Entre chair et terre

Peintures de Jean-Claude Terrier.
« créatures confuses
issues du limon noir
quel potier aveugle
nous arêvées
quelle main main indifférente
nous a façonnées
visages
pétris
d’argile et de larmes ? »

Au bout de la route

1er janvier 2015

Au bout de la route

Récit de Jacques Josse.
Reproduction des gravures de Scanreigh.
« S’ensuit un grand silence. Durant lequel elle se recueille, immobile, ne perdant pas le moindre détail d’une scène d’accident qui se fiche dans sa mémoire avant de se déplacer vers celle de ceux qui vont devoir inventer ce qu’ils n’ont pas vu… »

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.