Le reste c’est la suite

de Sarah Kéryna

Le reste c'est la suite

Le reste c’est la suite sonde notre présent pour remonter vers le ou les moments de rupture d’une séquence – franchissements, seuils, points de bascule – comme on le fait à la suite d’une expérience traumatique.
Annotations du quotidien, dates, archives, récits de rêves, étymologies, citations, souvenirs d’enfance, scénarios imaginaires, bribes d’intrigues policières, de chansons, de carnets, dialoguent avec un flux de films, de séries télé, de dépêches en continu, d’images d’actualité, à l’intérieur d’une trame qui recompose une mémoire collective et intime de la « catastrophe contemporaine » et sa représentation, traversée par des menaces inédites et la défaite du politique. Avec, pour fils rouges, l’avènement de ce que l’on nomme aujourd’hui « l’urgence climatique », la sidération des attentats survenus en France en 2015-2016, et, en ligne de mire, d’une révolution massacrée à l’explosion de la violence « dans un pays en paix », la Syrie, comme un miroir tendu.

Le souffle du vent
soulève la terre,
charrie la poussière,
et porte les incendies.

Paru le 6 octobre 2020

Éditeur : Les presses du réel

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Stèles

La cime haute a défié ton poids. Même si tu ne peux l’atteindre, que le dépit ne t’émeuve : Ne l’as-tu point pesée de ton regard ?
La route souple s’étale sous ta marche. Même si tu n’en comptes point les pas, les ponts, les tours, les étapes, - tu la piétines de ton envie.
La fille pure attire ton amour. Même si tu ne l’as jamais vue nue, sans voix, sans défense, - contemple-la de ton désir .

*

Dresse donc ceci au Désir-Imaginant ; qui, malgré toutes, t’a livré la montagne, plus haut que toi, la route plus loin que toi,
Et couché, qu’elle veuille ou non la fille pure sous ta bouche.

Victor Segalen, Stèles, « Stèle au désir », 1912.