Le roi-malade

Jean-Pierre Lemaire

à Jeanne-Marie

Le miracle est si lent qu’on ne peut le suivre ;
à la fin, tu verras le soleil du soir,
plus haut dans le ciel,
te rendre la terre un long après-midi.

Que faire de ce temps
nouveau avant le terme ?
Un vent léger moire les champs de luzerne.
Bientôt, tu reprendras la tâche abandonnée.

Bientôt. Mais d’abord,
tendre la main vers le soleil,
invisible tant qu’il était au zénith,
familier maintenant,

dans le pommier, au bord des toits
et sur le mur à ton chevet.
Devenu dans ton cœur mortel
un visage sans déclin.

Poème publié dans l’anthologie Une salve d’avenir. L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004

Poème
de l’instant

Christian Morgenstern

« Nouvelles créatures proposées à la nature »

« Nouvelles créatures proposées à la nature »

L’oiseau-bœuf
Le dromadaire palmé
Le lion luisant
La roucouleuvre
Le hibou de manchon
Le cachalair
La punaise tentaculaire
Le taureau à sonnette
Le bœuf-paon
Le renard-garou
Le gentignol
Le pinson-scie
Le carlin d’eau douce
Le rat de vin
L’engouletempête
Le ver de ciel
Le chameau-épic
Le rhinocétalon
L’œillet-dinde de Noël
L’hommefeuille

Christian Morgenstern, Les chansons du Gibet, Die Galdenlieder, traduit de l’allemand par Jacques Busse, Les Cahiers Obsidiane, 1982.