Le souffle de l’été

d’Anne Cortey

Le souffle de l'été

Illustrations Anaïs Massini

Le souffle de l’été, la chasse aux étoiles filantes, la plongée sous-marine, le grand vent…
Au fil de quatre histoires d’amitié, de petits et grands bonheurs d’été, Kimi et Shiro renforcent leur relation faite de petits rires, d’attente, de promesse, de jeux, de partage. La force de l’amitié qui les lie est aussi magique que les étoiles filantes, la danse des cerfs-volants les jours de grands vents, ou le palais du facteur cheval qu’ils construisent sur le sable…

Lire un extrait.

Anne Cortey a suivi des études d’histoire de l’art. Elle a travaillé en librairie jeunesse puis en free lance dans l’édition jeunesse. Elle publie notamment chez Sarbacane, Autrement, Albin Michel ou au Baron perché.

Anaïs Massini a étudié l’illustration en Allemagne à Hambourg et à l’école des Arts Décos de Strasbourg dont elle est diplômée. Elle vit depuis 2005 dans un petit village de l’Aveyron, et travaille pour plusieurs éditeurs, comme Flammarion, Milan, Nathan ou Casterman.

Paru le 24 mai 2017

Éditeur : Grasset Jeunesse

Genre de la parution : Jeunesse

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage