Le temps d’une poignée de main de Stéphane Mallarmé

Le temps d'une poignée de main de Stéphane Mallarmé

un texte établi par Martin Melkonian
Les formules de politesse qu’utilise Stéphane Mallarmé dans sa nombreuse correspondance contrarient les formules, les abrègent, les augmentent, en un mot transcendent la stricte salutation. Alors, c’est un être authentique qui écrit-parle. La main touche la peau, puis arrive au cœur. Ensuite, quelque chose ou quelqu’un remonte par le conduit de la gorge. On entend clairement une voix.

Paru le 1er mars 2016

Éditeur : À dos d’âne

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lettre à Louise Colet

22 août 1853,

Toi, je t’aime comme je n’ai jamais aimé et comme je n’aimerai pas. Tu es et resteras seule, et sans comparaison avec nulle autre. C’est quelque chose de mélangé et de profond, quelque chose qui me tient par tous les bouts, qui flatte tous mes appétits et caresse toutes mes vanités.

Gustave Flaubert, 1821-1880, Lettre à Louise Colet.