Le temps d’une poignée de main de Stéphane Mallarmé

Le temps d'une poignée de main de Stéphane Mallarmé

un texte établi par Martin Melkonian
Les formules de politesse qu’utilise Stéphane Mallarmé dans sa nombreuse correspondance contrarient les formules, les abrègent, les augmentent, en un mot transcendent la stricte salutation. Alors, c’est un être authentique qui écrit-parle. La main touche la peau, puis arrive au cœur. Ensuite, quelque chose ou quelqu’un remonte par le conduit de la gorge. On entend clairement une voix.

Paru le 1er mars 2016

Éditeur : À dos d’âne

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Jacques Ancet

La dernière phrase

Il n’y a ni drame ni déchirure.
On dirait dans le jour un infime
vertige. Rien ne change mais tout
vacille. ce qu’on voit, on le voit
comme s’il venait de s’absenter
et que chaque objet portait encore
une trace de ce qui s’éloigne.
Un peu de chaleur avant le froid.
Une attente qui n’attend plus rien.

Jacques Ancet, La dernière phrase, Frontispice de Paul Hickin, Éditions Lettres vives, 2004.