Légèrement frôlée d’Etienne Faure

Légèrement frôlée d'Etienne Faure

« Comme on effleure ou en réchappe, des textes qui se déplacent des leçons de l’été à celles d’une histoire proche, parfois dans l’herbe – amour –, en vues anglo-normandes, et contre l’inertie se hâtent – lue, parlée, écrite – en formes brèves ou plus longues, au bord de la marche. »

Paru le 1er septembre 2007

Éditeur : Champ Vallon

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Le Chant du métèque

Vous ne saurez jamais ma soif mon angoisse
des visages douloureux, des nébuleuses obscures,
des sourires lumineux, des carrefours tordus,
du temps qui naît, du temps qui meurt,
des fenêtres closes, des tombes étales
sous le baiser humide du ciel.

Jean Malaquais, « Le Chant du métèque », Revue Caravanes 7, Éditions Phébus, 2001.