Les 400 coups

Histoire du monde

1er avril 2010

Histoire du monde

Au commencement je tournais déjà
plus fort que ma joie et mes premières couleurs
palpitaient entre les lèvres du soleil…
Le vide m’entourait. Je flottais dans l’espace
et j’étais sans défense.
Météorites et comètes me frappaient
dans de gigantesques gerbes de lumière…
Pour me protéger, j’inventai alors l’air et l’eau…
Je préparais sur mes palettes des bleus inconnus,
des verts enchanteurs, des rouges mystérieux.
Ainsi parle la Terre. Elle se raconte et parle de la naissance des hommes et de son amour (…)

Poème
de l’instant

Claude Michel Cluny

Odes Profanes

Tout déjà était en toi
même l’âpre saveur des paroles des morts
Avec sur ta bouche close
leur goût d’indicible sel.
Mais empare-toi de l’absence et ose
Va avance aveugle et seul
Toute flèche aime sa cible.
L’enfance le sait qui, libre
(habiter Nulle Part est le plus sûr)
déchire sans innocence
son invisible futur.

Claude Michel Cluny, Odes Profanes, Éditions de la Différence, 1989.