Les Belles Lettres

Contact

95 bd de Raspail

75006

Paris

Roupie II

20 mai 2008

Roupie II

L’HORREUR CÉLÉBRISSIME
Le nuage du Waffen-SS
Le musée de Pinault-Bois
La Syrienne en chaleur qui rénove nos châteaux
Le cromagnon-couturier
Ces vus partout
Lus partout
Entendus partout,
Ces dégoûtants partout,
Je suis noyé sous la graisse
De ces néantissimes.
Hommage rendu ce matin
Au gars tout de son long étendu
Devant la gare
Dans son sommeil de juste.
Avec Roupie, publié en 2003, Bernard Deforge avait fait le choix de conduire désormais son Œuvre poétique dans la forme du sonnet, en (…)

Fragments poétiques de Callimaque de Cyrène

1er décembre 2006

Fragments poétiques de Callimaque de Cyrène

Callimaque de Cyrène fut, au IIIe siècle avant J.-C., l’un des poètes les plus influents de la cour ptolémaïque. Poète et philologue, érudit qui réalisa le premier catalogue de la fameuse Bibliothèque d’Alexandrie, Callimaque exerça une grande attirance sur les poètes latins, qui le lisaient, l’expliquaient et parfois même le traduisirent.
Lire la poésie de Callimaque, c’est se placer au confluent des traditions littéraires grecques archaïques et classiques, mais aussi de la culture égyptienne, dans ce (…)

Poèmes d'Henrick Ibsen

1er octobre 2006

Poèmes d’Henrick Ibsen

Sur les hauteurs
Sac au dos jeté
et carabine chargée à la main,
poêle fermé et porte close
avec chevillette et clenche d’osier,
puis un tour chez ma vieille mère
dans la pièce tout à côté, –
une poignée de mains en guise d’adieu, – un mot, –
« Je reviendrai aussi gaillard que je m’en vais,
et jusque-là – paix de Dieu ! »
Remonter les courbes du sentier étroit,
il mène au petit bois ;
mais derrière moi, fjord et val
dans un clair de lune brumeux.
Je passe devant le mur de mon voisin,
tout est si (…)

Les baisers/épigrammes

1er septembre 2006

Les baisers/épigrammes

Par Jean Second, Michel Marulle
La Renaissance latine est une mine de joyaux poétiques, « Atlantide oubliée », trop oubliée parce que trop pillée par les poètes français de la Pléiade, Ronsard en tête. En sont présentés ici deux des poètes principaux.
Jean Second, flamand mort à Tournai en 1536 à vingt-quatre ans, est le seul érotique véritable de la langue latine. Virtuose du verbe et de l’image, il a consacré les dix-neuf poèmes de ses Baisers, qui enchantèrent Montaigne, Spinoza, Mirabeau et Goethe, à (…)

Roupie I

1er janvier 2003

Roupie I

Eschyle, poète cosmique

1er janvier 1986

Eschyle, poète cosmique

Le titre de poète cosmique va comme un gant à Eschyle. Il est cosmique par son œuvre immense (90 drames, selon la Souda) : le point est fait sur L’Eschyle perdu. Il est cosmique, parce que le monde est présent sur la scène de son théâtre : l’étude est menée à travers le thème structurel. Il est cosmique par la permanence et la transcendance du Divin c’est la religion d’Eschyle qui est cernée, les personnes des dieux, les dieux dans l’âme humaine, les dieux source de tout.
Eschyle est le poète d’une (…)

Poème
de l’instant

Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé

Je suis d’un naturel à qui la résistance
R’enforce le désir, l’espoir et la constance.

Théophile de Viau, Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé, 1623.