Les Carnets du Dessert de Lune

Contact

67 rue de Venise

1050 -B-

Bruxelles

Bestioleries poétiques

1er janvier 2016

Bestioleries poétiques

"Si seulement la poésie prenait racine, nous irions en planter un peu partout"
Genre : Aphorismes. Illustrations de Claudine Goux. Préface de Louis Dubost. Collection Pleine Lune.

Grains de fables de mon sablier

1er novembre 2014

Grains de fables de mon sablier

Public
Quand l’oiseau a fini
De chanter dans l’arbre,
Les feuilles
Attendent le vent
Pour applaudir.

Passage

1er septembre 2014

Passage

Passeur
passant son temps
à faire passer les hommes
de l’autre côté du temps.

Chroniques des faits

1er mars 2014

Chroniques des faits

Publiées en 1992 par Jean le Mauve, à l’enseigne des éditions de l’Arbre, ces Chroniques des faits enrichies d’illustrations originales de Georges Rubel, nous entraînent vers un espoir perdu, un doute qui prend la forme d’un monstre, des charlatans aux questions absurdes, un moine fourbe, un chien noir qui erre, rêve ; de folles ambitions, des mensonges, une envie de liberté et, derrière les mots du poète et les images de l’illustrateur, un incessant appel à la (…)

Poèmes pour sourigoler

1er mars 2014

Poèmes pour sourigoler

[extrait]
Poème pour partir du bon pied
J’ai pris ma clé à trompette
pour enfermer les comètes
J’ai pris ma clé à guitare
pour enfermer la nuit noire
J’ai pris ma clé à tambour
pour ouvrir au petit jour
Et je suis parti
laissant dans mon lit
ma clé à piano
sol fa mi ré do.

Démolitions de Jean-Christophe Bellevaux

1er décembre 2013

Démolitions de Jean-Christophe Bellevaux

Livre augmenté d’illustrations originales d’Yves Budin et d’un avant-propos de Jean-Jacques Marimbert.
"geai (plume bleue, à terre)
l’oiseau aléatoire
et l’on pase à côté
dans les yeux du cheval
aucun parapet-
poing fermé
tanguer vers les quais
d’où partent des rafiots
des dragons tiennent leur gueule prête
au bout de l’horizon"

Travails suivi de Arrache-les-Carreaux d'Hervé Bougel

1er septembre 2013

Travails suivi de Arrache-les-Carreaux d’Hervé Bougel

"J’espérais
Une vérité
En la poésie
Mais il me fallait
Manger régler
A la cupide
Propriétaire
Le montant de mon loyer
Sans rien qu’un pain
Sur la table de formica"

Jour de Jean-Jacques Marimbert

1er septembre 2013

Jour de Jean-Jacques Marimbert

"Au pied du mur d’enceinte
il dort. Je le vois.
La mer souffle et murmure.
Matin écaille de temps égarée dans le noir.
Il a des mains d’assassin.
Un moineau sautille sur le trottoir
exsangue. Une femme luit au fond
de ses doutes oubliés. Rivages ensablés
voiles penchées sur les vies frappées
d’amnésie. Le ciel ne s’ouvre pas.
Je me mets à marcher."

Qui va là ?

1er septembre 2013

Qui va là ?

"Il aime la poésie
vers après vers
il lit le soir
quand luit sa lampe
des poèmes qui éclairent
et enchantent ses amis."
Le ver luisant

Entre les laps et l'ennuimonde

1er juin 2013

Entre les laps et l’ennuimonde

"De l’ennui
Que veux-tu dire ?
Rien rien
Sinon
Déjà
Ce n’est plus
De l’ennui"

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.