Les Exilés

Auteur : Théodore de Banville

Les Exilés

Théodore Faullain de Banville (1823-1891). Ami de Baudelaire, premier soutien à Paris du jeune Rimbaud, écrivain reconnu et célébré mais, surtout, l’un des vrais poètes d’une époque à laquelle dans son mépris des conformismes bourgeois, il ne ménagea guère les sarcasmes. Pourtant, le siècle écoulé depuis sa mort ne lui a pas rendu justice. Parnassien ? Ce serait le réduire à sa virtuosité, ne pas entendre les ultimes échos dans l’œuvre du romantisme, ne pas voir s’y lever les premières lueurs du proche symbolisme. Des Exilés (1867), Banville écrivit que s’il devait rester un livre de lui, il souhaitait que ce fût celui-là.

Paru le 15 décembre 1994

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Serge Sautreau

Rivière je vous prie

Loin, un instant, des rives, souvenons-nous, riverains des cours de porcelaine, souvenons-nous des loges de verre, entre flammes et idoles, où se pâmaient le mythe, la révolte, les tyrannies de la fin…

Loin, à l’instant, loin du poumon fertile, c’est l’origine qui appelle avec de longs herbiers ondulant sous la nacre, laissant apercevoir des sables habités, des galaxie solubles, des à-pics de massifs coulés s’engloutissant dans le vert sombre.

Pour invoquer. Pour éveiller le dieu. Pour ne jurer de rien. Pour accueillir. Rivière.

Serge Sautreau, Rivière je vous prie, Éditions l’Atelier le Ciel sur la Terre, 1997