Les Jours suivi de Ici et là de Serge Delaive

Les Jours suivi de Ici et là de Serge Delaive

"LANCE-PIERRE

Au bout de quelque temps
j’en ai eu plus qu’assez
en fait j’en avais plein le dos
que le temps me lie à ma chaise cette chaise
que je maudissais
J’avais bu jusqu’à la lie
la soupe amère des jours sans but
J’avais avalé sans goût
les toujours mêmes fricassées
les petits oignons le cru bourgeois
J’ai claqué la porte
le bruit a dévalé la pente
j’ai couru pour le rattraper
Rien dans les poches
Rien dans la tête
Du haut de la colline
juste avant de m’élancer
j’ai pris la peine de photographier
cette rue que je n’avais
somme toute jamais vue
Je me souviens que
les nuages faufilés buvaient aux tuiles
et que le gros soleil rouge clignotait
une interdiction désormais sans objet."

Serge Delaive est né à Liège en 1965. Il a publié plusieurs recueils en Belgique, aux Éditions des Éperonniers et à l’Arbre à Parole. En compagnie de Karel Logist et de Carl Norac, il anime la revue littéraire Le Fram.

Paru le 1er septembre 2006

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.