Les doigts dans la prose

Contact

1, rue du Port

72000

Le Mans

Inévitables bifurcations de Lambert Schlechter

1er juillet 2016

Inévitables bifurcations de Lambert Schlechter

Journal de l’année 2013-2014, carnet de route et livre de lectures, Inévitables bifurcations intensifie, avec un art consommé du mélange et du court-circuit, la conquête de l’espace sur le temps inaugurée dans Le Murmure du monde (paru le 20 mai 2016).

Pauvre Baudelaire par Jules Vipaldo

1er juin 2015

Pauvre Baudelaire par Jules Vipaldo

Baudelaire est l’auteur d’un Pauvre Belgique ! pour le moins pamphlétaire et parfois outrancier. Le point de départ du livre de Jules Vipaldo, Pauvre Baudelaire, réside dans ce parallèle d’un retour de Belgique, suite à un voyage effectué quelques années en arrière dans ce pays. L’auteur fut invité, avec d’autres poètes, à lire et présenter son travail à Bruxelles. Contre toute attente, la rencontre tourne court, se terminant, en « queue de passion triste », non sans quelques arêtes qui lui resteront en (…)

Le prénom a été modifié

1er novembre 2014

Le prénom a été modifié

Finalement je me suis décidée. Je suis descendue à la cave. Je m’y suis enfermée. Avec mes mots, ma colère, la tête pleine de ses cris et du silence indigne des autres. J’y suis restée, dans la cave. Je ne pouvais pas y croire, je ne pouvais pas m’y résoudre, je refusais d’oublier, de passer à autre chose, de la voir disparaître.
Elle, sans prénom, prénom modifié. Elle, singulier, pluriel, comme les viols dont elles ont été victimes. Les mots me tombaient dessus comme les hommes lui étaient tombés (…)

Vingts sonnets pour Marie Stuart de Joseph Brodsky

1er janvier 2014

Vingts sonnets pour Marie Stuart de Joseph Brodsky

L’amour de loin c’est de l’amour, mais loin
c’est loin.
Любовь сильней разлуки, но разлука длинней любви.
L’amour est bien plus fort que la séparation,
mais la séparation plus que l’amour durable.
Love is more powerful than separation,
but the latter is more lasting.

Le plancher

1er novembre 2013

Le plancher

Ma première rencontre avec le plancher de Jeannot date de 2005, à la bibliothèque François Mitterrand. Hall Est, ce n’est pas le silence qui m’accueille, mais une clameur, un hurlement. Le plancher se dresse dans la lumière, trois surfaces creusées, martelées, saignées à blanc. Je m’approche, aucune paroi ne me sépare de lui, inutile de lever la tête, il est là, devant moi, attaque ma rétine, mon système nerveux, je lis, ne comprends pas, me perds, j’entends les coups, je vois Jeannot sans même encore (…)

Isabelle, à m'en disloquer de Christophe Esnault

1er novembre 2011

Isabelle, à m’en disloquer de Christophe Esnault

Propulsée par l’œuvre de Sarah Kane, cette performance poétique de Christophe Esnault oscille entre deux fièvres sans remède : la passion amoureuse et la passion d’écrire.
Sous des airs psycho-rocks, Isabelle, à m’en disloquer renouvelle la quête du beau au fondement du lyrisme amoureux, mais de manière fébrile et quasi asthmatique. La foi dans la fonction rédemptrice de la poésie cherche en même temps à saboter les codes de la poésie amoureuse, elle-même codifiée : on ne va pas loin sur une rime à deux (…)

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.