Les hauts-fonds

Contact

22 rue Kérivin

29200

Brest

Pour Chorus seul

1er octobre 2013

Pour Chorus seul

A Jean-Pierre Duprey et Claude Tarnaud
"Quelle autre figure en effet parmi les grands absents de la critique institutionnalisée, mieux que Jean-Pierre Duprey, a durablement brouillé les pistes de la réception de la poésie dans l’immédiat après Seconde Guerre mondiale ?…"

Désapparences de Nestor Ponce

1er juin 2013

Désapparences de Nestor Ponce

Petits chemins
Tout chemin s’effondre quelque part
Toute flamme se précipite vers un océan
Tout poteau d’exécution brise nos chaînes
Nue rugissant un fouet tendu
je suis un ion de chair qui soupire :
tout l’amour du monde tout

Crucifiction d'Alain Le Saux

1er octobre 2008

Crucifiction d’Alain Le Saux

"O coeur grand angle ! Des pizzicati à foison
N’importe qui est un séisme-soleil-miel
Sur chaque tranche de mes livres
verse le sang d’une enseigne qui fut rutilante rouille."

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.