Les heures lentes

Auteur : Pierre Tanguy

Les heures lentes

Un livre de Pierre Tanguy est toujours une étape d’un parcours humain qui est aussi un parcours d’initiation à la vie. Et cette étape est incontournable. Voilà un homme qui écoute, dans sa douleur, malgré les larmes  ; un homme qui se penche vers un front, le front et la joue de l’enfance et recueille une perle de silence survenant sur les lèvres sèches d’une mère, de sa mère portant encore l’ombre «  d’années de plomb  », même des « chagrins retenus  » et surtout «  des trésors encore inconnus  ». En fait, tout ce que comporte une vie donnée, une vie offerte, une vie ordinaire, «  la vie simple et noble  ». Jean-Pierre Boulic

Consacré à la fin de vie de sa mère, le nouveau recueil de Pierre Tanguy vient après celui qu’il a consacré à son père (Que la terre te soit légère, La Part Commune, 2008).

Paru le 1er mai 2012

Éditeur : La Part commune

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.