Les passagers

d’Élisabeth Chabuel

Les passagers

Aquarelles de Emmanuel Mergault.

Les passagers fait suite à une collaboration artistique entre Emmanuel Mergault, peintre, et Élisabeth Chabuel, poète. En traçant lignes de construction et lignes de fuite, le peintre agence un espace urbain froid et étonnamment dépeuplé. Villes en devenir ? Ou villes vestiges après l’abattement d’un cataclysme ? La poète questionne l’être vivant absent de ces villes. Elle part de l’anonyme déferlement humain pour aborder l’intime : le "je" de chacun de nous, habitants du Globe terrestre. Elle se nourrit des images du peintre et les confronte à sa perception personnelle des villes qu’elle fréquente et des ombres qu’elle y rencontre : foule, passants, mendiants, passagers de nos habitacles communs (train, bus, métro, tramway) où une promiscuité momentanée met parfois en jeu des impressions singulières.

Élisabeth Chabuel, poète et dramaturge, partage sa vie entre Die dans la Drôme et Grenoble.
Originaire de Poitiers, Emmanuel Mergault a fait des études d’arts plastiques et design, avant d’être décorateur dans l’événementiel durant six ans. Il est affilié à la Maison des Artistes depuis 2001.

Paru le 1er septembre 2019

Éditeur : Voix d’encre

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.