Les perturbés dans les lilas

Auteur : Alejandra Pizarnik

Les perturbés dans les lilas

Traduction & postface d’Étienne Dobenesque

Inédite en français, l’unique pièce de théâtre d’Alejandra Pizarnik, écrite en 1969 et jamais publiée de son vivant, rappelle étrangement, par ses personnages et sa situation, Fin de partie de Beckett. Mais le décor est repeint aux couleurs vives d’une cour de récréation, « adorable et sinistre à la fois ». Pizarnik note dans son journal au sujet de la pièce : « les quatre personnages peuvent être une rêverie de la dactylographe = elle serait les quatre ».

À chaque mot, et en chaque personnage, c’est bien elle-même qu’on entend, ses obsessions, ses figures, le désespoir doux d’une voix qui n’a pas renoncé à chercher dans le rêve, le jeu, l’écriture, ce qui pourrait donner sens à son monde. Le théâtre lui est apparu un temps comme une solution pour « transmuer [ses] conflits en œuvres » plutôt que de les « noter directement » dans son journal.

Paru le 15 mai 2014

Éditeur : Ypsilon éditeur

Genre de la parution : Théâtre

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Louis-Philippe Dalembert

Cantique du balbutiement

j’erre dans paris vide
de nos rires de notre frénésie
absent de notre absence
le soleil de printemps
rayonne inutile
déchu de nos flâneries
des baisers des amants
et de leurs mains complices
le long du canal saint-martin

Louis-Philippe Dalembert, Cantique du balbutiement, Éditions Bruno Doucey, 2020.