Les petites allées

Les petites allées publient depuis 2012 une première collection de livres à poster, proposant des textes choisis, courts mais beaux et percutants, issus du patrimoine littéraire ou de la création contemporaine, objets de circulation et de cadeau, légers mais d’une très grande qualité. Ils sont imprimés dans notre imprimerie de Rochefort, non loin de La Rochelle, sur un beau papier vergé, façonnés, cousus à la main, et conditionnés chez nous avec une enveloppe assortie sous pochette cellophane.

La couverture est imprimée selon la technique de la typographie traditionnelle,mise au point par Gutenberg au xve siècle, en deux couleurs, et met en avant le riche patrimoine de vignettes et de caractères en plomb de l’imprimerie, ou utilise la technique du polymère pour reproduire des images originales dans la tradition typographique que nous maintenons avec ses outils et ses règles.

Au fil du temps et des collaborations avec le Festival Rochefort-Océanie, cinéma et littérature, une partie des livres de la première collection en a formé une nouvelle, Océanique qui accueille des auteurs du continent océanien, Nouvelle-Calédonie, Fidji, Samoa, Nouvelle-Zélande… et des textes qu’il inspiré. Dès 2019, la collection accueillera aussi un autre océan, L’Océan Indien !

Depuis 2016 paraît une nouvelle collection Avec des images. D’un format différent, elle présente toujours de beaux textes, des histoires faites pour rêver, et elle est illustrée. La plupart des titres sont faits aussi pour plaire aux enfants.

Notre dernière collection, Pour dire une photographie, a vu son premier titre paraître en 2018. Il s’agit de publier un texte inspiré par une photographie, choisie par l’auteur du texte. Texte et photo à chaque fois magnifiques, bien sûr. Le directeur de la collection est Serge Airoldi.

Contact

19 rue Audry de Puyravault

17 300

Rochefort-sur-mer

Ventotene

26 juin 2020

Ventotene

Avec une photographie de Bernard Plossu.
Serge Airoldi et Bernard Plossu partagent beaucoup, dont cette expérience de l’île magique de Ventotene. Magie blanche, magie noire… ?

Poème
de l’instant

Alejandra Pizarnik

Poème pour Emily Dickinson

De l’autre côté de la nuit
l’attend son nom
son subreptice désir de vivre,
de l’autre côté de la nuit !

Quelque chose pleure dans l’air,
les sons dessinent l’aube.

Elle pense à l’éternité.

Alejandra Pizarnik, « Poème pour Emily Dickinson », traduit de l’espagnol (Argentine) par Jacques Ancet, La dernière innocence, Ypsilon Éditeur, 2012.