Les poètes de Paris, Anthologie thématique sur Paris

« Paris est de toutes les villes la moins modeste », disait Cocteau. Peut-être parce qu’elle est l’une des villes au monde les plus chantées. Elle est en tout cas une de celles qui ont le plus inspiré les poètes de toutes les nations. Lieu de toutes les expériences poétiques, le quotidien
et le familier y sont saturés de mystère et de découvertes et, bien avant
les surréalistes, Baudelaire en a dit les enchantements. Ils l’ont parcourue, arpentée, ils la découvrent et la redécouvrent. Ils nous la montrent comme on n’aurait pu l’imaginer, entre le rêve et la réalité.
Ils sont les piétons de Paris, Apollinaire, Aragon, Baudelaire, Boileau, Butor, Carco, Cadou, Cendrars, Coppée, Desaugiers, Éluard, Fargue, Hugo, Michaux, Molière, Nerval, Queneau, Prévert, Rabelais, Reda, Rimbaud, Romains, Rutebeuf, Tardieu, Villon et bien d’autres, nous donnent leur vision de notre « beau Paris ».

Extrait
« … Paris mon blé pour qui je crains le grain
Ma roseraie où le soleil se lève
Si tendre au jour Paris mon romarin
Si beau le soir qu’on en manque son train
Si doux la nuit qu’on le préfère au rêve… »
Louis Aragon

Parution liée à l’opération “Printemps des poètes”
Gallimard Jeunesse
Âge de lecture
11 ans et plus

Paru le 10 février 2005

Éditeur : Gallimard jeunesse

Genre de la parution : Jeunesse

Poème
de l’instant

À la verticale

Quand même le ciel serait lacéré
par nos ombres meurtrières,

recousons-le avec les fils ténus,
et même usés, de nos poèmes

à la verticale de l’hiver comme de l’été
traversés de vents contraires,

gonflés d’une irréductible confiance
en l’impossible advenue.

Réginald Gaillard, Hospitalité des gouffres, « À la verticale », Éditions Ad Solem, 2020.