Les poings, dans mes poches crevées

Auteur : Jean-Albert Guénégan

Les poings, dans mes poches crevées

Les poings dans mes poches crevées, vers emprunté à Arthur Rimbaud qui donne son titre à l’ouvrage, évoque l’homme sous les couleurs de sa bohême, son errance sur les landes de la réserve naturelle du Cragou Vergam dans les monts d’Arrée qu’il affectionne particulièrement. Il marche tôt le matin et tard le soir durant les quatre saisons, en quête de spiritualité et de poésie qu’il cherche depuis une trentaine d’années à travers ses livres publiés, ses lectures publiques et ses engagements en faveur de cet art majeur.

Paru le 1er octobre 2016

Éditeur : Editinter

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Autoportrait d’un autre

IL S’ÉTAIT TRESSÉ un masque de fougères qui, le matin même, était encore vert. À présent il était devenu sec et cassant, pauvre armure désormais incapable de le cacher. Les oiseaux plongeaient comme des poignards dans la succion des vagues. Il se rappelait l’accélération de la chute, l’écriture de l’eau autour de son corps. Ainsi était-il resté des heures étendu. Était-il vrai que l’île se fût formée de la sorte, il ne pouvait le dire. Il se rappelait seulement la lenteur après la chute, l’acquittement de la violence qui l’avait libéré, l’étreinte de la mer.

Cees Nooteboom, Autoportrait d’un autre, Traduit du néerlandais par Philippe Noble, Actes Sud, 1994.