Les presses du réel

Contact

35 rue Colson

21000

Dijon

Le reste c'est la suite

6 octobre 2020

Le reste c’est la suite

Le reste c’est la suite sonde notre présent pour remonter vers le ou les moments de rupture d’une séquence – franchissements, seuils, points de bascule – comme on le fait à la suite d’une expérience traumatique.
Annotations du quotidien, dates, archives, récits de rêves, étymologies, citations, souvenirs d’enfance, scénarios imaginaires, bribes d’intrigues policières, de chansons, de carnets, dialoguent avec un flux de films, de séries télé, de dépêches en continu, d’images d’actualité, à l’intérieur (…)

Petite éternité – L'œuvre poétique tardive de Jean Hans Arp

2 septembre 2019

Petite éternité – L’œuvre poétique tardive de Jean Hans Arp

Une lecture rapprochée de la poésie tardive de Jean Hans Arp (1886-1966), figure majeure du mouvement Dada à Zurich, ami des surréalistes, peintre, sculpteur, également auteur d’une importante œuvre poétique bilingue, en allemand et en français, qui couvre plus d’un demi-siècle de création (avec un choix de poèmes encore inédits).
Comment se renouveler pour un dadaïste lorsque l’on a déjà derrière soi plusieurs décennies de création, et que l’on revendiquait la nouveauté radicale comme principe esthétique ? (…)

La poésie à outrance – À propos de la poésie élémentaire de Julien Blaine

1er septembre 2014

La poésie à outrance – À propos de la poésie élémentaire de Julien Blaine

Les 37 textes, pour certains inédits, et les 25 auteurs de La Poésie à outrance s’arrêtent sur la poésie polymorphe de Julien Blaine. L’ensemble qu’ils composent propose des clés biographiques, thématiques, notionnelles et conceptuelles qui examinent et mettent en perspective les procédés poétiques que le poète affectionne. Il signale aussi à quel point sa poésie suscite et fait avancer la réflexion sur la poésie contemporaine. Julien Blaine, poète prolifique, traverse la seconde moitié du XXème siècle, aux (…)

Poème
de l’instant

Ailleurs

Quand je suis en mouvement, sans rien pour m’encombrer, je retrouve des réflexes du plaisir de la vie, du désir de la vie.
Ce n’est pas une fuite, c’est un appel.
L’appel de la vie.
Cette vie qui m’impressionne toujours autant.
C’est pour ça que je suis resté un vagabond.
Quelqu’un qui se contente de passer.
Et qui toujours s’en va ailleurs.
Cet Ailleurs qui me va parfaitement.

Gérard Depardieu, Ailleurs, Cherche Midi éditeur, 2020.