Les vacances de mon amie Carla

Stéphane Kiehl

Les vacances de mon amie Carla

Carla, c’est ma chienne.
Carla dit « tu es ma meilleure amie ».
J’ai passé un an à l’école et Carla a passé un an à m’attendre !
Elle n’apprendra jamais à lire. Je crois qu’elle n’en a pas très envie ou qu’elle fait semblant de ne pas vouloir.
J’ai crié « c’est les vacances ! ».
Nous avons sauté sur le lit, sur le canapé, puis encore sur le lit, puis sur un fauteuil, nous nous sommes un peu bousculées.
Je me suis cogné la tête à la commode, Carla aussi. Ma maman m’a un peu grondée, puis elle m’a consolée.
Carla n’a rien dit, puis elle a aboyé.
Aujourd’hui, C’EST LES VACANCES !

Pour tous les amoureux des animaux, des jeux, du grand air et des vacances !

Stéphane Kiehl a fait ses études à l’École des Beaux-Arts de Nancy. Il vit actuellement à Paris. Il a travaillé pour des magazines, des maisons d’édition et des agences de communication. Parmi les derniers titres qu’il a illustrés, on peut citer Léon l’extra petit terrestre, aux Éditions de la Martinière, ou La guerre des microbes, chez Actes Sud Junior.

Paru le 29 mai 2019

Éditeur : Grasset Jeunesse

Genre de la parution : Jeunesse

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Treizième poésie verticale

Aujourd’hui je n’ai rien fait.
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.

Des oiseaux qui n’existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.

Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance.

Roberto Juarroz, Treizième poésie verticale, traduit de l’argentin par Roger Munier, Librairie José Corti, 1993.