Lettres à Lou

Auteur : Guillaume Apollinaire

Lettres à Lou

Première parution en 1969.
Édition de Laurence Campa. Préface et notes de Michel Décaudin.
Nouvelle édition revue et complétée en 2010.

« Lyon-Vaise, 4 avril 1915.
Jour de Pâques.

Six heures du soir. Mon petit Lou très chéri. Je t’écris sans savoir si même je dois t’écrire et si mes lettres te font plaisir. Nous sommes en gare de Lyon-Vaise. Je t’écris sur mon sac individuel. Il paraît que nous allons non en Argonne mais à Mourmelon-le-Petit dans le groupe de 90 du 38ème 43e batterie qui a été amochée. Dès que j’ai su que définitivement t’étais plus à moi, en ai eu un peu de peine, peut-être même beaucoup.
Je suis fidèle comme un dogue
ai-je écrit dans Alcools et tu aurais dû te douter que tout ce que je disais de te tromper était pas vrai. Pour le moment, je préfère mourir et ferai possible pour cela. Si pas possible, on verra. »
Cette nouvelle édition est augmentée de plusieurs lettres restées longtemps inédites.

Paru le 11 mars 2010

Éditeur : Gallimard

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Petits poèmes en prose

Votre œil se fixe sur un arbre harmonieux courbé par le vent ; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d’un poëte qu’une comparaison fort naturelle deviendra dans le vôtre une réalité. Vous prêtez d’abord à l’arbre vos passions, votre désir ou votre mélancolie ; ses gémissements et ses oscillations deviennent les vôtres, et bientôt vous êtes l’arbre. De même, l’oiseau qui plane au fond de l’azur représente d’abord l’immortelle envie de planer au-dessus des choses humaines ; mais déjà vous êtes l’oiseau lui-même.

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, « Le Théâtre de Séraphin », 1868.