Lettres à la jeunesse, dix poètes parlent de l’espoir

Auteurs : Andrée Chedid, Giuseppe Conte, Israël Eliraz, Nuno Judice, Reiner Kunze, Zoé Valdés, C. K. Williams, Olzhas Suleïmenov, Abbas Beydoun, Taslima Nasreen

<i>Lettres à la jeunesse, dix poètes parlent de l'espoir</i>

Co-édition Librio et Le Printemps des Poètes

Recueil d’une dizaine de lettres adressées à la jeunesse, rédigées par dix poètes parmi les plus prestigieux, de dix pays différents.

Les poètes Abbass Beydoun (libanais), Rainer Kunze (allemand), Taslima Nasreen (Bangladesh) Israël Eliraz ( Israëlien), C. K. Williams (Etats-Unis) Oljas Suleimenov (Tagzasthan), Andrée Chedid (France), Giuseppe Conte (Italie), Nuno Judice (Portugal) et Zoé Valdès (Cuba) participent à ce projet.

Les lettres qui évoquent l’espoir, la nécessité de la poésie et de l’utopie sont accompagnées d’un poème en langue originale et d’une version traduite. L’idée d’une édition bilingue s’est imposée pour tendre à l’universalité.

Il s’agit d’une publication populaire et très accessible. C’est pourquoi, notre choix s’est porté sur un éditeur, tel que Librio, dont le lectorat est surtout représenté par les jeunes de 15-25 ans et qui a déjà publié des ouvrages épistolaires au prix très peu élevé.

Paru le 1er mars 2003

Éditeur : J’ai Lu - Librio

Genres de la parution : Recueil Anthologie

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.