Lhommequicompte

Auteur : Isabelle Pinçon

Lhommequicompte

Quand je choisis le moment le plus beau, c’est toujours un homme. Quand je choisis le moment le plus dur, c’est toujours un homme. Entre le moment le plus beau et le moment le plus dur curieusement l’homme va et vient.

*

Deux corps qui se touchent sont un même mot roulé en boule au pied d’une seule page. C’est pour vous dire les petites choses sur mon ventre vigoureuses rebondissantes, heureuses d’avoir plongé dans mon sexe, turbulentes incandescentes combien vous êtes présent.

*

Ce petit poème oui qu’on attache à une ficelle, qui traîne derrière soi sur des roulettes pas très parallèles, ce petit poème oui pas bien haut un peu bancal, sa tête qui grince qui dodeline, ce petit poème oui qui ne s’aperçoit pas que l’enfant devant a grandi tellement tellement depuis.

Paru le 1er octobre 2006

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.