Librairie Galerie Racine

Les éditions Librairie-Galerie Racine publient des poètes depuis 1996, au 23 de la rue Racine, 75006 Paris. C’est un lieu de librairie qui fut l’antre de Guy Chambelland. Au-delà des idéologies et des modes ardentes, son équipe privilégie avant tout les langues diverses de l’émotion. Le poète doit être un trouveur de sens et de féerie.

Contact

23 rue Racine

75006

Paris

Jusqu'à ta paume

8 avril 2019

Jusqu’à ta paume

Comment lancer avec conviction, d’une parole pleine de ferveur, « Explosive Lumière / De la présence », expérience qui demande discernement et recueillement en un lieu où naît le miracle de vivre, « Quand on est passé / par l’acier / Et la flamme // Que le monde entier / A pu vous transpercer l’âme » ? C’est ce chemin que fait partager d’une voix poignante Isabelle Lelouch. Voici de la poésie livrée à l’incandescence (soufre et sang) d’une âme qui brûle : « Un soleil entre / Et tout flamboie aspirant à (…)

Moindre Souffle

1er février 2019

Moindre Souffle

La flûte de haschisch

1er février 2019

La flûte de haschisch

L'Heure tiède

1er février 2019

L’Heure tiède

Jusqu'à la cendre

1er octobre 2018

Jusqu’à la cendre

Préface Nicole Hardouin

Les Oiseaux lacunaires

6 décembre 2017

Les Oiseaux lacunaires

Chez Margaux Lefebvre, la poésie est un virus coriace : dès six ans, l’enfant du grand froid rémois trouve refuge et chaleur dans ses mots. Après de nombreuses années d’écriture clandestine, l’amour du voyage la porte, à 20 ans, à Salvador de Bahia, où le bon air brésilien lui souffle l’inspiration pour ce recueil. Trois ans plus tard, son diplôme de Sciences Po en poche, Margaux continue de jongler entre ses différents projets artistiques, mêlant le chant et le théâtre à la littérature.
Les Oiseaux (…)

L'infini Désir de l'ombre d'Elodia Turki

1er mai 2017

L’infini Désir de l’ombre d’Elodia Turki

"Combien d’ombres sur l’ivresse Illusions de velours - les jeux sont fermés - Vite inventer le songe Le septième chemin de joie et de feu"
L’œuvre d’Elodia Turki est un inlassable chant d’amour aérien, dont certaines pièces n’auraient sans doute pas été reniées par Hâfez, le grand maître de la poésie persane, lui-même. Langage épuré, image sensuelle et soigneusement ciselée, vocabulaire précis ; chez Elodia Turki, l’amour côtoie le doute, la solitude, l’attente, l’absence et le questionnement de soi. Elodia (…)

Jusqu'au coeur d'Alain Brissiaud

1er mai 2017

Jusqu’au coeur d’Alain Brissiaud

Le fragment n’existe plus du poème. Relié au cosmos, au rythme de l’Univers, le souffle essaimé par la puissance des images tracées par la langue d’Alain Brissiaud ouvre aux horizons inexplorés d’une dimension sacrée, celle de l’Art, lorsque la Littérature existe, encore, à nouveau. L’évocation du paysage et la rencontre amoureuse deviennent supports d’un questionnement sur le rapport au monde et au sens. Au-delà de l’épaisseur référentielle du langage, et bien ailleurs que dans sa trame autotélique, cette (…)

Drôles de rire d'Alain Breton et Sébastien Colmagro

1er avril 2017

Drôles de rire d’Alain Breton et Sébastien Colmagro

Drôles de rires
Aphorismes, contes et fables, une anthologie de l’humour de Allais Alphonse à Allen Woody
Livre (et Disque joint, avec les voix d’Yves Gasc, de Janine Magnan et de Philippe Valmont). Préface d’Alphonse Terrani. Avant-rire d’Henri Bergson. Dessins de Serre, Chaval, Piem, Mose…
Doit-on présenter Voltaire, le plus grand écrivain de son temps, selon Goethe, le « Français suprême » ? Evoque-t-on Rabelais —, dont la langue, archaïque et moderne, est pavoisée des savoirs de l’époque —, (…)

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.