Lieux-Dits

Contact

2 rue du Rhin Napoléon

67000

Strasbourg

<i>Bleu jour de Caroline Coppey et Benoît Gréan</i>

1er septembre 2014

Bleu jour de Caroline Coppey et Benoît Gréan

Les yeux bandés
s’avancer sur un fil
palper le vide et la distance
amadouer de criants territoires
dégommer le mot cru de la chose

En construisant des cabanes pour les oiseaux de Marc Syren

1er mars 2007

En construisant des cabanes pour les oiseaux de Marc Syren

Cahiers du Loup bleu
"L’été en a terminé avec ses vocalises je vous cherche une lampe ai je dit comment se relever après la foudre dans le jardin n’ai je pas fait allusion à la trombe et à la résonance en lisant à voix haute le poème rond de la chance dédié à vos yeux verts…"

Fragments d’un homme amoureux

1er novembre 2006

Fragments d’un homme amoureux

(en 36 chandelles)
Fragments d’un homme amoureux est le huitième ouvrage des Cahiers du Loup bleu composé en Garamond corps 12 il a été tiré sur papier Centaure à cent cinquante exemplaires pour le compte des éditions Lieux-Dits.

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage