MLD - Mérédith Le Dez

Les éditions ont suspendu leur activité mais leur fonds reste en circulation.

Contact

16 rue Beaumarchais

22000

Saint-Brieuc

<i>C'est bien ici La Terre</i>

1er juin 2012

C’est bien ici La Terre

Préface de Jean-Marie Pelt
"Un livre de poésie a quelque chose d’insaisissable. Il oscille entre la quête de l’évidence profonde et la reconnaissance d’une complexité forte comme le sont l’univers du langage et celui de la vie elle-même.
C’ est bien ici la terre est un ouvrage de cette nature. Une méditation imagée sur notre humaine condition contemporaine, et notre relation à la terre, à la mémoire, aux éléments. Il contient sa part d’inquiétudes légitimes, d’angoisses et de colères parfois, de (…)

Arabian blues

31 janvier 2012

Arabian blues

Arabian blues, préfacé par René Depestre.
J’entends venir
les pas de ma mémoire
germes d’orage
et puis charge de bisons
et je suis seul
endormi au cœur
d’une vague géométrie
celle d’une prairie
et puis celle d’une prison
et je ne peux rien
j’entends de loin brûler
les bouts de bois de ma raison
*
La fulguration surréaliste d’Amin Khan intègre une expression elliptique et dépouillée à divers héritages transnationaux et transculturels. son énergie migratoire est partie prenante du (…)

<i>Pays sous les continents</i>

1er décembre 2009

Pays sous les continents

"Ce monde est une pluie soudaine
par où tout réapprend à respirer."

Partage de l'île

1er novembre 2009

Partage de l’île

"Il y aura pourtant des heures très douces où la lumière viendra jouer sur les prés de septembre et sur la langue blanche de l’écume."

Attente très belle

1er septembre 2009

Attente très belle

"L’oubli
taille un soir
les étoiles
à la pointe du silence
La rumeur
des arbres morts
porte
des fleurs
évanouies"
Prix François Coppée 2010 de l’Académie Française

Les petites filles de mon enfance ne clignent pas les yeux

1er mars 2009

Les petites filles de mon enfance ne clignent pas les yeux

Je suis écrivain.
À travers mon écriture, je suis ému par votre visage et votre corps de femme.
De même qu’il n’y a pas de poésie dans la nature (il n’y a de rapports qu’entre la nature et l’esprit ), il n’y a pas d’écriture dans ce que je devine de vous : il n’y a qu’un rapport entre votre esprit inventé par moi, et les mots qui sortent de moi. Je vous ai déjà surprise en train de peindre devant un chevalet que vous traînez devant la fenêtre.
Vous peignez, donc. Mais pour votre plaisir. Il me semble que (…)

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.