Macadam, poèmes bien urbains

de Mo Abbas

Macadam, poèmes bien urbains

Illustrations de Julien Martinière

Mo Abbas est un poète itinérant dans les villes où il observe et croque en détails et en jeux de mots les incongruités urbaines. Son écriture est fortement inspirée des poètes de l’Oulipo, l’Ouvroir de littérature potentielle, et l’on entend dans ses mots l’écho de Pérec ou de Calvino. Ses poèmes sur le macadam sont comme des regards d’enfants attentifs aux détails et cherchant les mots pour mieux les exprimer.

Mo Abbas liste et consigne les panneaux de signalisation, les noms de rues insolites, les devantures de cafés, les cris des gabians et les cris des mamans, les bruits, les voix, les sons, les têtes, les bêtes, tout… Et tout cela ressurgit dans son écriture urbaine. A partir de ces chroniques poétiques, Julien Martinière a mis en scène un ours dans les rues de la ville, un ours avec un chapeau, des lunettes, une moto, un ours comme un homme, mais légèrement décalé…

Un ours dans la ville avec la vie marseillaise qui tourne autour de lui, tout cela est-il bien urbain ?

Paru le 20 mars 2020

Éditeur : Le Port a jauni

Genre de la parution : Jeunesse

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Claude Michel Cluny

Odes Profanes

Tout déjà était en toi
même l’âpre saveur des paroles des morts
Avec sur ta bouche close
leur goût d’indicible sel.
Mais empare-toi de l’absence et ose
Va avance aveugle et seul
Toute flèche aime sa cible.
L’enfance le sait qui, libre
(habiter Nulle Part est le plus sûr)
déchire sans innocence
son invisible futur.

Claude Michel Cluny, Odes Profanes, Éditions de la Différence, 1989.