Macadam, courir les rues

de Mo Abbas

Macadam, courir les rues

Illustrations de Julien Martinière
Traduction de l’arabe par Nada Issa

Poète itinérant du macadam, Mo Abbas observe et croque en détails et en jeux de mots les incongruités urbaines, consigne les panneaux de signalisation, les noms des rues insolites, des devantures de snacks, les cris des gabians, les cris des mamans, les bruits, les voix, les sons, les têtes, les bêtes… Julien Martinière a mis en scène un bestiaire et un ours dans les rues de la ville. Un ours avec un chapeau, des lunettes, une moto, des oiseaux, des lézards et des hommes, tout cela est-il bien urbain ?

Paru le 5 mars 2020

Éditeur : Le port a jauni

Genres de la parution : Jeunesse Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Henri Michaux

« Posture privilégiée »

Magie naturelle d’une simple pose,
Mis au calme
l’esprit en quiétude laisse ailleurs les parleurs
les menteurs inscrits,
laisse s’étaler les naïfs transporteurs
des quotidiennes maximes sommaires de l’époque.
Ne sont plus entendues, les disputes

Hors de l’action
bras retirés de la circulation
aussi bien de l’attaque que de l’aide
retirés de la préparation à agir…

Henri Michaux, « Posture privilégiée », Revue Nulle Part, 1984.