Madame des villes, des champs et des forêts d’Alain Freixe & Raphaël Monticelli

Auteur : Alain Freixe

Madame des villes, des champs et des forêts d'Alain Freixe & Raphaël Monticelli

En 2002 paraissait à L’Amourier, des mêmes auteurs, Pas une semaine sans Madame.
À deux mains, se dessinait, tout au long du texte, le visage féminin et inaccessible, et sans doute inaccessible parce que féminin, d’une présence évidente, à la poursuite de laquelle deux poètes se lancent : femme, altérité, origine, monde, poésie, poésie enfin, qui ne cessent de s’offrir à la dérobée. Pendant 9 ans, s’est poursuivi leur dialogue dont est né ce nouveau recueil de courtes proses.

On n’en aura jamais fini, chacun le sait, avec cette traque-là.
Or ce qui me touche, dans ce nouveau livre, Madame des villes, des champs et des forêts, c’est de voir comment il accomplit la nature de l’échange inauguré il y a neuf ans, où chacun, interrogeant ou écoutant l’autre, questionnait en même temps sa propre différence. Le vrai dialogue, c’est : plus je serai moi-même, plus je serai à toi. Et plus alors, unis dans notre différence, nous pourrons être à notre faim commune, poursuivant ce qui nous inspire et qui nous manque, que nous manquons aussi, par belle nécessité, dans le geste qui nous porte vers son altérité. (extraits de la préface de Jean-Marie Barnaud)

Paru le 1er janvier 2011

Éditeur : L’Amourier

Genre de la parution : Prose

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.