Mahmoud Darwich

Mahmoud Darwich est né en 1942 en Galilée et décédé en août 2008. Réfugié dans son propre pays, assigné à résidence durant plusieurs années à Haïfa, il quitte Israël en 1970 pour Le Caire, puis Beyrouth. Il réside aujourd’hui à Ramallah.
Considéré comme l’un des chefs de file de la poésie arabe contemporaine, et animateur d’une des principales revues littéraires, Al-Karmel, Mahmoud Darwich est habité par la voix particulière de la Palestine. Il manifeste très jeune ses dons pour la poésie, dans laquelle il cherche refuge pour alléger la dureté de l’exil dans sa patrie tout à la fois présente et absente. Ses poèmes lui vaudront d’être emprisonné à cinq reprises entre 1961 et 1967.Auteur de plusieurs ouvrages maintes fois réédités et traduits partout dans le monde.

Il nous a quittés le 9 août 2008.

Bibliographie

  • Etat de siège, Éditions Actes Sud, 2004.
  • La Terre nous est étroite et autres poèmes, Éditions Gallimard, 2000.
  • Le lit de l’étrangère, Éditions Actes-Sud, 2000.
  • La Palestine comme métaphore : entretiens traduits par Elias Sanbar, Éditions Sindbad/Actes Sud, 1997.
  • Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude ?
  • , Éditions Actes Sud, 1996.
  • Au dernier soir sur cette terre , Éditions Actes Sud, 1994.
  • Une mémoire pour l’oubli , Éditions Actes-Sud, 1994.
  • Plus rares sont les roses, Éditions Minuit, 1989.
  • Chronique de la tristesse ordinaire, suivi de Poèmes palestiniens, Éditions Cerf, 1989.
  • Palestine mon pays : l’affaire du poème, Éditions Minuit, 1988.
  • Rien qu’une autre année : autobiographie poétique : 1966-1982, Éditions Minuit, 1983.
  • Les Poèmes palestiniens de Mahmoud Darwich, Éditions Cerf, 1970.