Coaraze

Coaraze, village de 800 habitants perché dans le moyen-pays niçois, village du soleil et des cadrans solaires, a une longue histoire avec la poésie. En 1953, y est élu maire de la commune M. Paul Mari. Plus jeune maire de France, il est par ailleurs… poète, lauréat du prix François-Villon. Sous sa mandature se déroulent chaque été les Rencontres poétiques où se côtoient poètes, éditeurs, peintres, écrivains, philosophes, dans une effervescence qui dépasse le cadre "niçois". Cette activité poétique à Coaraze ne s’est jamais éteinte : en témoignent la voix significative d’Alan Pelhon, poète occitan (1946-1994), et l’installation de L’Amourier, éditeur tourné essentiellement vers la poésie, dès sa création en 1995. De nombreuses initiatives et rencontres littéraires, notamment en mars (Printemps des poètes) et en juin (Voix du Basilic) rythment la vie poétique du village.

Coordonnées :
Adresse : Hôtel de Ville
6 place du Portal
06390 Coaraze

Contact : Monsieur Alain Ribière
Téléphone : 04 93 79 34 80
Courriel : alain_ribiere@orange.fr

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.