Jouy-en-Josas

Coordonnées :
Adresse : avenue Jean Jaurès
BP 33
78350 Jouy En Josas

Contact : Monsieur Jean-yves Saez
Téléphone : 06 82 28 77 39
Email : jysaez@gmail.com
Site internet

Les quelques 8000 habitants de Jouy-en-Josas sont des gens heureux. Outre l’étymologie du nom de leur ville, dont on se plaît à penser, malgré les controverses, qu’il contient deux fois le mot « joie », les Jovaciens jouissent d’un environnement sylvestre, que la présence de Victor Hugo et Juliette Drouet habite encore.
Charmante commune boisée au cœur du site de la Vallée de la Bièvre, c’est une ville dynamique qui accueille entre autres HEC, Técomah, l’École Ferrandi, l’INRA. C’est également une ville d’histoire avec l’Église St Martin et son clocher du XIIIème siècle, le Château -musée de l’Églantine, fief de la célèbre Toile de Jouy, création de la manufacture royale de Christophe-Philippe Oberkampf, une ville d’art, où la poésie se décline sous de multiples formes : danse, théâtre, musique, peinture. C’est enfin, avec fierté, une ville labellisée en poésie.
De concert avec la municipalité, les Passeurs de Rimes organisent des rencontres et événements. Ils relaient, sur le site du Printemps des Poètes les initiatives et réalisations des poètes-artisans, dilettantes ou confirmés.

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.