Isle-Jourdain

Coordonnées :
Adresse : Place de l’’Hôtel de Ville
32600 L’isle-jourdain

Contact : Madame Anne-marie Gontaud
Téléphone : 05 62 07 32 51
Email : secretariat.maire@mairie-islejourdain.fr
Site internet

L’Isle Jourdain en Gascogne toulousaine
À l’est du département du Gers, l’Isle Jourdain, 8300 habitants, adopte parfois les couleurs toulousaines, sans jamais perdre son accent gascon .
Au milieu des coteaux et collines verdoyants , face au panorama des Pyrénées et aux portes de la ville rose, L’Isle Jourdain s’affirme gersoise et affiche un fier patrimoine : on notera en particulier l’intérêt que présente la tour datant du XIVème siècle, flanquée de sa collégiale à l’architecture classique, l’Hôtel particulier « Claude Augé », créateur du Petit Larousse Illustré , célèbre pour ses vitraux de style Art Nouveau, et son Musée Européen d’Art Campanaire .
L’Isle Jourdain, c’est aussi goûter les plaisirs de ce « Pays du bon vivre » où abondent nature et produits authentiques, riches en couleur et en saveur. En cette terre belle et généreuse, l’hospitalité n’est pas un vain mot.
Grâce au dynamisme de ses tissus économique et associatif, notre ville a su préserver son âme en offrant un cadre de vie agréable où chacun peut trouver sa place .
Depuis de nombreuses années , le Printemps des Poètes est célébré grâce aux animations de la bibliothèque municipale, qui propose un espace poésie régulièrement enrichi par de nouveaux ouvrages. Par ailleurs elle accueille tous les mois un club Poésie qui vient d’éditer son 1er recueil.

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.