« Mano a Mano »

Le film de clôture de la 23e édition du Printemps des Poètes, ayant Le Désir pour emblème,


avec Éric Cantona & Rodolphe Burger,

Julien Perraudeau et la présence de Rachida Brakni


Première mondiale en ouverture du Festival International de Cinéma, le 19 juillet dernier au Théâtre Silvain à Marseille, devant plus de 2 000 spectateurs.

Dans la catégorie « Autres Joyaux »…



Découvrir :


Duende sans arène, dans l’ombre de la Chapelle du Méjan d’Arles, Mano a Mano n’est ni duel ni duo. Mais verbe haut et corps à corps avec les mots. La poésie vécue s’affirme à même les micros. Éric Cantona et Rodolphe Burger, pour la première fois, mêlent guitares et voix, vers et musiques, pour une parole donnée en partage.

Ce 52 minutes est le miracle d’un rendez-vous inespéré et éphémère, lors de la clôture de la 23e édition du Printemps des Poètes, ayant Le Désir pour emblème. À l’heure où les salles étaient vides, et qu’il importait d’habiter autrement la scène et le silence. Les mains, les colosses et les cahiers noircis dansent, dans ce surcroît de souffle, d’amitié et d’envoûtement offert par la caméra de Mathieu Moon Saura et Priscilla Telmon.


© Priscilla Telmon - Petites Planètes




Revue de Presse :

Unidivers, article du 19 juillet :




Gomet, article du 18 juillet :




France 3 Région, article du 15 juillet :




La Provence, article du 14 juillet :




Midi Libre, article du 30 mars :


La Provence, article du 29 mars :




Partenaires


































Poème
de l’instant

Joël Vernet

La nuit n’éteint jamais nos songes

Quand je pars en voyage, je confie au tilleul les clefs de ma maison. Celle-ci est sous bonne garde. Veillée par les vents, la lumière, les oiseaux. Le souvenir de mon père flottant dans les nuages.

Joël Vernet, La nuit n’éteint jamais nos songes , Éditions Lettres Vives, 2021.