Marcher sur l’or du temps

Compagnie Le Désert en Ville

Textes de Rabindranath Tagore et musique classique indienne.
Dramaturgie et musique / Cyril David
Mise en espace et jeu / Juliette Kempf
Site de la compagnie


Une traversée symbolique de l’existence…
La vie d’un homme se lève à l’aube, puis s’y recouche, dans la fine lueur qui perce la nuit noire. En un cycle, elle traverse l’or et la poussière des initiations humaines. Les râgas de la musique indienne expriment l’émotion, le bouleversement, la joie et la beauté propres à chaque heure, chaque saison de l’âme et du monde. Au son du sitar et du chant khayal, ils suivent ici le périple décrit par les mots de l’immense poète bengali Rabindranath Tagore, et tissent un spectacle où le temps se creuse, se cherche et se retourne vers son perpétuel commencement.

… par la poésie et la musique.
Le texte est un montage réalisé par Cyril David à partir d’extraits de plusieurs oeuvres de Rabindranath Tagore : Le Jardinier d’amour, L’Offrande lyrique, La Fugitive, Le Vagabond, et l’anthologie L’Esquif d’or. Il est interprété et mis en corps par la comédienne Juliette Kempf. Le musicien Cyril David construit une trame musicale composée de sitar classique et de chant, s’appuyant sur la tradition khayal (Inde du nord).

Relation au temps

Une vie
Le montage des textes de Rabindranath Tagore est réalisé sur l’idée de suivre le parcours d’un homme et les différentes étapes qu’il traverse au cours des âges. Cette dramaturgie poétique, inspirée de la vie du poète lui-même, décrit des expériences essentielles avec lesquelles nous entrons en résonance, par notre vécu, nos aspirations, ou nos archétypes : la quête de l’absolu, l’état amoureux, le deuil et la douleur, la folie, l’espoir, l’énigme et la beauté de vivre.

Une journée
Le système modal de la musique indienne classique est construit sur de nombreux râgas, cadres mélodiques correspondant à un moment précis de la journée ou à une saison—traditionnellement, on chante et joue tel râga au moment auquel il est dédié. La musique du spectacle déroule ainsi l’espace musical d’une journée, du râga de l’aube au râga de la nuit, mettant en miroir l’avancée du jour et l’avancée de la vie humaine.

Une représentation
La durée de la représentation elle-même est mise en valeur par la présence d’un sablier, laissant imperturbablement couler 60 minutes. C’est ainsi la relation au temps présent, vertu du spectacle vivant et temps « contenant tous les temps », qui est intensément nourrie ici. Une ouverture vers la pensée indienne, qui considère le temps comme cyclique et non linéaire, est proposée, à la fin du spectacle, avec le retournement du sablier…

Photos : © Le Désert en Ville

Spectacle à partir de 12 ans
Durée : 60 minutes
2 artistes en tournée
Adaptable au lieu d’accueil : théâtre, galerie, librairie, médiathèque, jardin, etc.
Sonorisation et mise en lumière : selon le lieu
Production : Le Désert en Ville

Contact :

Juliette Kempf - 06 41 68 30 98
ledesertenville@gmail.com

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.