Matrices

Mes vies en multiplex

Auteur : Bernard Deforge

Matrices

Après Une Vie avec Eschyle, ouvrage dans lequel Bernard Deforge relatait son expérience professionnelle d’universitaire, l’auteur rend compte de ses autres vies professionnelles menées en parallèle depuis 1974 jusqu’à ce jour : membre de cabinets ministériels, batailles électorales, associé d’une firme internationale d’audit et de conseil, élu local. Ce faisant, il brosse un tableau, rempli d’anecdotes, de ces différents milieux, de ces différentes matrices dans lesquelles il s’est engagé, témoignant ainsi de la polyvalence d’une formation humaniste, laquelle met à même de vivre pleinement le monde d’aujourd’hui, en en bousculant les rigidités, en faisant fi des cloisonnements, sources de blocages et d’incompréhension entre les différents univers professionnels qui meuvent notre société. Dynamique personnelle en phase avec la dynamique du monde.

Pour ce travail de mémoire, Bernard Deforge a choisi la forme, elle-même dynamique, d’une série d’entretiens avec un journaliste imaginaire, lui permettant de se questionner lui-même dans un subtil mouvement introspectif, et de porter un regard en recul, à la fois lucide et malicieux, sur ces matrices qu’il a habitées, sur leur fonctionnement et sur les hommes qu’il y a côtoyés, ministres, hauts fonctionnaires, militants, hommes politiques, auditeurs, consultants, avec leur noblesse et leurs petitesses, avec leurs vertus et leurs limites.

Ce livre est aussi un message d’espérance pour les jeunes d’aujourd’hui, à l’opposé du tableau déprimant de l’avenir qu’on se plaît à leur peindre. Le monde est à prendre, il leur appartient, comme il appartenait aux jeunes d’hier, pourvu qu’ils sachent attraper le dieu Kairos par les cheveux, ce qu’on appelle plus prosaïquement saisir les opportunités.

Paru le 5 avril 2018

Éditeur : Les Belles Lettres

Genre de la parution : Prose

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Momin Latif

AVIS À L’AMOUREUX

Ne sors pas dans la rue
L’âme trop visible
Sur tes yeux
On devinera ton cœur
Qui bat
Ton foie gorgé de sang
Tes entrailles qui frémissent
Tu feras rire les enfants
Tu rencontreras peut-être
Le fauve
Que tu aimes tant
Ne lui fais pas peur
Ne sors pas dans la rue

Momin Latif, Peut-être moi, Dumerchez, 2007.