Me voici forêt

Auteur : Jean-Pierre Denis

Me voici forêt

« Planter un arbre. Très tôt, dès l’enfance, j’ai aimé le faire. Planter un arbre pour qu’il grandisse comme un poème, lente maturation de l’obscur vers la lumière. Dire l’arbre, son feuillage, ses racines, son écorce. Dire non seulement l’arbre, mais tout l’arbre, sa nature. Atteindre, par la métaphore de l’arbre, quelque chose de l’homme, de ses désirs, de ses peurs et de ses songes. Le feuillage comme effeuillage, comme recherche de ce qu’est, en profondeur, notre nature. L’humus comme lit de l’humanité.

J’ai commencé par de petits carnets, sans vraiment savoir tout cela. Peu à peu, j’ai compris que j’écrivais le livre de ma vie. Bien sûr, au départ, il s’agissait pour moi de planter quelque chose comme une fôret : j’en avais la vision. Mais de l’arbre à la forêt se déploie quelque chose comme l’infini. D’où cette oeuvre, qui m’a conduit bien plus loin que je ne l’avais imaginé » (J.-P. Denis)

L’auteur

Jean-Pierre Denis est poète, journaliste et essayiste. Ses deux précédents recueils de poésie, Dans l’éblouissant oubli (2010) et Manger parole (2012) ont été remarqués par la presse.

Paru le 1er septembre 2014

Éditeur : Le passeur

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Une tristesse bleue et grise

Évidemment l’orgueil et la trouble passion
Les papiers arrachés, bien sûr, les volets clos
Les livres sans mémoire et presque à l’abandon
L’étui de ton violon fermé comme un sanglot
Mais penser à tes gestes carrés vers les miens
La presque cruauté, la langueur infinie
Le rire en plein désir et les larmes à la fin
M’ont fait aimer la mort et préférer la vie

Sarclo, Une tristesse bleue et grise, « Éloge d’une tristesse », Côtes du Rhône Productions, 1992.