Mercure de France

Colelction de poésie

Fidèle à la tradition qui anime le Mercure de France depuis sa création, cette collection accueille les recueils de poèmes et essais des poètes majeurs du XXe siècle et du siècle à venir.

Poésie contemporaine
Poésie étrangère

Contact presse : Marion Barbé-Henriot
Marion.barbe@mercure.fr

Contact

26 rue de Condé

75006

Paris

L'enfant rouge

4 octobre 2018

L’enfant rouge

Faubourg Saint-Antoine, rue Paul-Bert, rue Basfroi, boulevard Voltaire : de la Bastille à République, Franck Venaille arpente l’Est parisien sur les traces de son enfance, son Moi-de-onze-ans, et sa vocation de poète. Monologue intime, L’enfant rouge contient toute la poésie de Franck Venaille qui nous fait entrevoir la beauté cachée derrière le quotidien.

L'écharpe rouge

1er juin 2016

L’écharpe rouge

Lorsque Yves Bonnefoy retrouve par hasard un poème d’une centaine de vers libres jamais publié intitulé « L’écharpe rouge », et qui aurait été une « idée de récit », le voilà devant un mystère : quelle était donc ce récit jamais advenu ? Dans le poème sont évoqués des noms de lieux, des événements : mais à quoi faisaient-ils référence ? C’est donc à un voyage dans le temps que nous invite le poète. Dans son propre texte, il part à la recherche de signes, se fait archéologue de son propre poème. L’auteur se (…)

Ensemble encore suivi de Perambulans in noctem

1er juin 2016

Ensemble encore suivi de Perambulans in noctem

C’est bizarre, je ne vous reconnais pas.
Tant il fait nuit je ne vois plus votre visage
En dépit dans vos yeux de cette lumière
De diverses couleurs si loin là-bas….

<i>Les derniers jours de Mandelstam</i>

1er juin 2016

Les derniers jours de Mandelstam

Le poète fou caché sous sa couverture continue à balbutier des choses. Ses mots refusent de mourir. Le vacarme des trains n’empêche pas le poète de se réciter ses poèmes, de se les déclamer. Il entend des ovations. Il peut mourir en paix maintenant qu’il se sait apprécié. Moins fou, Mandelstam comprendrait que ce qu’il prend pour des ovations ne sont que des réclamations, ses camarades, des déportés comme lui, veulent du pain et pas des mots. Mort, ils continueront à lever son bras pour profiter de sa (…)

<i>Le livre des suppliques</i>

1er février 2015

Le livre des suppliques

 » Zoom
Présentation
S’il faut croire la rumeur
tu battais les arbres femelles,
battais le pavé et les tapis sur les rambardes
entrais dans les livres des deux pieds
faisais le tri entre enfants raturés par les parents et ceux fignolés par les cigognes
entrais des deux pieds visiteur attendu de tout temps
accrochais des baisers rutilants sur les joues des filles
des médailles de maréchal-ferrant sur les épaulettes des garçons
puis repartais des deux pieds sans avoir salué la femme (…)

La bataille des éperons d'or

1er novembre 2014

La bataille des éperons d’or

J’AURAIS DU
naître plus tôt
mais les mots
m’ignoraient.
PUIS JE ME SUIS
mis à mentir sur la
méthode, pas sur les
faits eux-mêmes
SORTIR CEUX-LA
de leur ghetto, où mes
mains tremblaient
je veux savoir pourquoi !

Le goût de la poésie

1er février 2014

Le goût de la poésie

Textes choisis et présentés par Franck Médioni.
Cette anthologie propose une large palette d’écritures poétiques, forcément multiples de par la variété de ses formes, la diversité de ses chemins, le registre étendu de ses voix. C’est la langue française qui la gouverne, et non pas la nationalité des poètes. La poésie française présentée ici offre un paysage contrasté, que ce soit une poésie inspirée, habitée de profondeurs sensibles, de vertiges métaphysiques, ou bien de « la poésie qui ne la ramène pas », (…)

Vaine pâture

1er juin 2013

Vaine pâture

Jean-Claude Pirotte est l’auteur d’une cinquantaine de livres, qu’il a parfois lui-même illustrés. Les critiques ont salué sa poésie du quotidien sensible et inspirée, à la tendresse parfois gouailleuse, mais aussi la magie de sa langue au parfum subtil de jadis qui par sa simplicité et sa gravité soudaine est incontestablement très moderne, car d’une haute liberté.
Avec Vaine pâture, c’est une poésie intime que Jean-Claude Pirotte nous livre, mais sans pathos, sans repli vaniteux sur lui-même. Il (…)

C'est à dire

1er janvier 2012

C’est à dire

"ma beauté n’est que
maladresse tempérée
mélodie atonale
rime ébréchée
macule sur la pupille
où se brouille le monde
crâne peuplé d’échos
voix éteintes convoquées
au sabbat des morts
dernière larme de fiel
dans la coupe des flammes"

<i>Où vont les arbres</i>

1er novembre 2011

Où vont les arbres

"Lire gaspille les mots et fait déborder la vigilance comme l’ait sur le feu
Répétait la mère
Et elle taillait le cyprès en crayon à papier
Faute de livres nous lisions dans ses intentions
sûrs qu’elle nous quittera à la jointure du sommeil dès qu’il lui
poussera des enfants issus d’elle seule
nous quittera
une fois balayées nos peurs sous table
ramassées les miettes de sa grandes fatigue
et nos chaussures rangées par ordre de taille tels de bons écoliers
nous quittera sans s’éloigner de nous (…)

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.