Mercure de France

Colelction de poésie

Fidèle à la tradition qui anime le Mercure de France depuis sa création, cette collection accueille les recueils de poèmes et essais des poètes majeurs du XXe siècle et du siècle à venir.

Poésie contemporaine
Poésie étrangère

Contact presse : Marion Barbé-Henriot
Marion.barbe@mercure.fr

Contact

26 rue de Condé

75006

Paris

<i>Une histoire qui se déchire sur le corps d'une femme</i>

1er janvier 2008

Une histoire qui se déchire sur le corps d’une femme

Traduction de l’arabe et postface de Houria Abdelouahed.
"Prologue
Voix
C’est l’histoire d’une femme esclave et de son fils."
Exilée, pour avoir
brisé ses chaînes. Elle fut l’épouse
d’un prophète, dit-on.
Et son fils
après elle devint prophète, cependant
il n’est point mentionné dans ses Écrits
qu’elle fut libérée."

Confluences poétiques n°2

1er mars 2007

Confluences poétiques n°2

"La langue française se transforme en pays, elle remplace le territoire. Le poète peut non seulement déjeuner sur l’herbe avec ses amis, poètes, peintres et musiciens, mais encore vivre et construire une famille dans la langue de l’autre. L’interpénétration, la création et l’interprétation de la diversité culturelle exprimée en français ouvrent le chemin d’une nouvelle francophonie. Au-delà du droit du sol et du droit du sang, place au droit de la (…)

Chaos

1er septembre 2006

Chaos

Personnage d’écorché, en quête d’identité et de rédemption, Franck Venaille a toujours mêlé souffrances intimes et souffrances universelles. Engagé politiquement, c’est cependant par l’écrit qu’il s’emploie à donner figure au malheur, dans un style particulièrement reconnaissable - il affirme écrire en venaille – fait de rythmes hachés, d’effets insolites de ponctuation, de ruptures brutales. Ecriture terriblement pathétique, conjuguant violence et sexe, larmes, ricanements, réalisme et mythologies, les (…)

Le chant des villes, présenté par André Velter et Jean-Claude Perrier

1er mars 2006

Le chant des villes, présenté par André Velter et Jean-Claude Perrier

Le poète André Velter et le journaliste-écrivain Jean-Claude Perrier, tous deux grands voyageurs, nous proposent une anthologie d’un genre complètement nouveau dans la série « Le goût des villes » du « Petit Mercure » : un choix de textes, de tous genres et de toutes époques, qui célèbrent les villes du monde dont le nom nous a toujours fait rêver et chante à nos oreilles. D’Addis Abeba à Zanzibar, en passant par Darjeeling, Ecbatane, Katmandou, Tombouctou,Vancouver ou Yamoussoukro… Environ 80 textes, courts (…)

Confluences poétiques n°1

1er mars 2006

Confluences poétiques n°1

Poètes d’origine étrangère et poètes français, nous avons créé cette revue pour accueillir une expérience poétique nouvelle : les "confluences poétiques", projet d’approche consciente de l’autre.
Elle souligne la culture commune qui nous unit, la différence qui fait notre richesse et l’identité qui en est issue.

Boulevard des capucines

1er février 2006

Boulevard des capucines

Le Boulevard des capucines ne doit pas son nom à ces petites fleurs simples, de couleur orangée, jaune ou rouge, qui grimpent en été le long des vieux murs, mais à l’ordre des capucins, ainsi nommés à cause de leur vêtement, fait d’une tunique grossière et d’une capuche longue et pointue. Dans les années 1880, à la tombée du jour, à deux pas des Italiens, se rassemble tout ce que la capitale compte de moustaches frisées, de gants, de faux-cols et de cravates blanches. Sur les boulevards sont les commerces (…)

Le passage extérieur

1er mars 2005

Le passage extérieur

Sur des thèmes qui se répondent et qui sont chers à l’auteur (Eloge de l’isolement, c’est-à-dire de quelques grands indépendants de la poésie et de la pensée : Brice, Villon, Rimbaud ; Souvenirs de la province ; Le manuscrit des mascareignes : notes d’un séjour dans l’océan Indien ; Lettres du promontoire : divers hauts lieux d’Europe et d’ailleurs), ce sont des poèmes souvent brefs, simples, frais comme des fleurs de montagne mais qui laissent deviner toute la chimie souterraine à laquelle elles doivent (…)

<i>Commencement des corps, fin de l'océan</i>

18 novembre 2004

Commencement des corps, fin de l’océan

Né en 1930 en Syrie dans une famille paysanne, naturalisé libanais, Ali Ahmad Saïd Esber prend très tôt le nom d’Adonis pour devenir le plus marquant et le plus varié des poètes arabes de notre temps : le choix de ce pseudonyme traduit, dès le début, la volonté de se dédoubler et d’accepter une tradition gréco-latine en même temps que la tradition arabe.
Poète méditatif, il est l’homme de toutes les migrations, ouvert aux courants qui se croisent, se combattent et paraissent irréconciliables. Le poème est, (…)

<i>Quelle est la nuit parmi les nuits</i>

1er octobre 2004

Quelle est la nuit parmi les nuits

"Les livres n’étaient plus à la mode
seul l’écho savait lire
les analphabètes frappaient sur leurs genoux
un menuisier riche d’un coran le vendit à un mendiant
qui le lui paiera dans l’autre monde
personne n’osa le critiquer
son crayon fiché derrière l’oreille avait la taille du minaret"

Manger la terre d'Odile Massé

9 septembre 2004

Manger la terre d’Odile Massé

collection bleue
Flux du langage, vague sans fin d’une langue tour à tour syncopée, lancinante, musicale, envoûtante, incantatoire, réaliste et poétique où se mêlent lyrisme, humour noir et absurde :Odile Massé compose un "précis de disparition" jubilatoire et palpitant.

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.