Merveilles éphémères

Une année enchantée avec Oria

Auteurs : Réjane Niogret, Christian Poslaniec

Merveilles éphémères

Poèmes inédits de Réjane Niogret et Christian Poslaniec
Illustrations de Benjamin Tejero

Qu’est-ce qui est nécessaire au petit enfant ? Le lait, l’amour et la poésie. C’est en tout cas ce que Mamiré, qui vient d’être grand-mère, redécouvre avec émerveillement en liant connaissance avec Oria, sa toute nouvelle petite fille.

Avec douze poèmes de Réjane Niogret et Christian Poslaniec, accompagnés de trente-et-une berceuses et comptines traditionnelles en provenance de vingt-six pays, ce livre, illustré par Benjamin Tejero, s’adresse à toutes les personnes qui parlent à l’oreille des bébés.

Cet album à destination des jeunes enfants et de leur famille narre sur un mode poétique la première année d’un enfant.

Le point de vue est celui d’une grand-mère, Mamiré, à travers d’étonnants moments d’échanges prenant racine dans les mots, les gestes, les sons des berceuses, jeux, histoires, comptines, supports privilégiés de l’éveil artistique du bébé.

Le livre est accompagné de 31 comptines de 26 pays.

Paru le 28 avril 2022

Éditeur : Editions du Jasmin

Genres de la parution : Jeunesse Recueil Version bilingue

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Ludovic Janvier

Bientôt le soleil

« Je ne cherche pas l’essor, l’oubli, la grâce, je sais qu’ils me sont impossibles. Et d’ailleurs je ne le voudrais pas. L’ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la présence à plein regard de la mer qui fait masse ou du feuillage hanté par le ciel. De sorte que les jours de timidité, ou de trop fort vouloir, je reste pris dans la glu du moment, prisonnier du trop plein jusqu’à la nausée. Les jours de décision, j’allais dire de légèreté mais ne te vante pas, je vois sortir de moi une réponse, plus ou moins claire, plus ou moins simple, plus ou moins forte. Content ? Non, jamais content. Mais, quand même, content. »

Ludovic Janvier, Bientôt le soleil, Flohic Éditions, 1998.