Mes endroits à moi

de Gaia Stella

Mes endroits à moi

Traduit par Christian Demilly.

La maison, la serre, la caserne des pompiers, la bibliothèque, le planétarium… Une petite fille nous emmène dans ses endroits à elle, ceux qu’elle aime. Tour à tour exploratrice, cosmonaute, observatrice ou aventurière, elle s’approprie ces endroits en y portant le regard de l’enfance, et nous interroge sur notre rapport aux lieux que nous fréquentons, aux objets dont nous nous entourons, à l’architecture dans laquelle nous évoluons… Un très beau voyage graphique au coeur d’une vie citadine, soutenu par une palette de couleurs tendres et un travail d’illustration très structuré.

LA MAISON
C’est ici que j’habite.
Ma maison,
c’est mon château,
c’est mon abri.
Il y a une table ronde,
comme celle du roi Arthur.
Tous ensemble, on y mange,
et on y joue aussi…

Née en Italie, où elle vit toujours, Gaia Stella est diplômée de l’Institut européen de design de Milan. Ses illustrations pour Mes endroits à moi ont fait partie de la sélection d’illustrations exposées à la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne 2016. Elle a notamment publié Toutes les choses avec lesquelles… aux éditions Hélium, et Et toi, où habites-tu ? à La Joie de Lire.

Paru le 25 octobre 2017

Éditeur : Grasset Jeunesse

Genre de la parution : Jeunesse

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.