Michel Onfray ou l’Intuition du monde, par Adeline Baldacchino

Auteur : Adeline Baldacchino

<i>Michel Onfray ou l'Intuition du monde, par Adeline Baldacchino</i>

La quête poétique ne serait-elle qu’une autre manière de pratiquer l’étonnement philosophique ? Deux voies pour une même aventure, celle qui permet de contourner le gouffre, de se vouloir plus intensément vivant. Jouer avec les mots, forger des concepts, c’est toujours écrire pour échapper au vertige d’exister.

Michel Onfray, infatigable pédagogue, philosophe engagé de l’Université populaire, chantre du « jouir et faire jouir », est aussi poète, et il construit un autre plan de son oeuvre, loin de la polémique et des médias. Cette facette, moins connue du grand public, est pourtant révélatrice. Loin de constituer un aspect marginal, elle s’inscrit au coeur d’un projet philosophique qui accorde toute sa place à l’intuition, aux concordances de l’âme et du corps, sans jamais renoncer pour autant à croire aux pouvoirs de la raison.

De cette approche inédite de son oeuvre, Michel Onfray ressort en fils de Bachelard, un grand interprète des intuitions poétiques dont les mots expriment toute la chair du monde.

Paru le 1er janvier 2016

Éditeur : Le passeur

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.