Milan

Contact

300 rue Léon Joulin

31101

Toulouse cedex 1

Des trous dans le vent

23 janvier 2019

Des trous dans le vent

36 poèmes inspirés de la vie quotidienne sont à découvrir dans ce beau recueil, qui se lit comme un journal intime. Un pêle-mêle de pensées, parfois cocasses et joyeuses, parfois mélancoliques et sombres, pour une véritable ode à la douceur de l’enfance.

A la lettre, un alphabet poétique

1er janvier 2016

A la lettre, un alphabet poétique

Lauréat du Prix Poésie des lecteurs Lire et faire lire 2017.
Chaque texte de cet abécédaire semble donner corps et âme à ces signes familiers. Bernard Friot réussit le pari d’éviter toute lassitude. C’est qu’il joue tour à tour sur de multiples aspects : forme de la lettre, sonorité, place dans l’alphabet. Les textes proposés s’amusent avec tous les registres (comique, tragique, absurde…) et tous les genres : certains sont des poèmes en prose, d’autres de petits drames ou des dialogues théâtraux. (…)

Qui que quoi quand la poésie

1er janvier 2000

Qui que quoi quand la poésie

Qu’est-ce qu"il faut pour "faire" poète ?
Quand vous étiez petit, est-ce que vous vouliez être poète ? Combien de temps vous mettez pour écrire un poème ? Combien vous écrivez de poèmes par jour ? …
La poésie est un langage et elle ne sert pas qu’à parler des fleurs, des oiseaux ou des arbres… Elle peut aussi permettre de répondre aux questions que les enfants posent au poète.
Un recueil de réponses amusées, amusantes, rimées ou pas…des poèmes qui parlent d’eux-mêmes (…)

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.