Moi j’irai dans la lune et autres innocentines

Auteur : René Obaldia (de)

Moi j'irai dans la lune et autres innocentines

Illustrations d’Emmanuelle Houdart.

Voici une édition merveilleusement illustrée par Emmanuelle Houdart des célèbres "poèmes pour enfants et quelques adultes" de René de Obaldia ! Des textes rythmés, poétiques et grinçants, qui racontent avec humour les choses et les rêves de la vie. Depuis 1969, la première édition, le succès des Innocentines ne s’est pas démenti. Les livres de classe en ont retenu les plus avouables (l’innocence n’est pas toujours sûre !), et des bataillons d’écoliers savent aujourd’hui par cœur (leurs mamans aussi !) des poèmes comme La Sologne, Chez moi, Le Secret, Moi j’irai dans la lune, Grand’mère, J’ai trempé mon doigt dans la confiture, Le Zizi perpétuel… Les Innocentines, portées sur les ailes des chérubins, sont, au fil du temps, devenues "un classique"

Paru le 27 novembre 2017

Éditeur : Grasset Jeunesse

Genre de la parution : Jeunesse

Poème
de l’instant

Alejandro Jodorowsky

C’est comme ouvrir un menhir avec les mains

Cessez de chercher, vous êtes la porte
et les gardiens qui en interdisent l’accès.
Chaque pas vous éloigne du nombril
chimères assoiffées d’aventure.
Vous croyez que le mariage vous libère de la mort
ou que l’argent vous marque dans la hiérarchie divine.
Cessez de chercher, la conscience est le philtre magique,
L’œil capable de rejoindre les orbites vides de Dieu
traversant la mort. Personne ne se rencontre soi-même
en parcourant les mers ou en explorant les cavernes.
C’est difficile, comme ouvrir un menhir avec les mains
car notre âme est plus dure que la pierre.

Alejandro Jodorowsky, Traduit de l’espagnol (Chili) par Martin Bakero et Emmanuel Lequeux
dire ne suffit pas, no basta decir, Le Veilleur Éditions, 2003.