"Mon mousseau…"

Bernard Chambaz

mon mousseau
encore
le souffle non moins ténu qu’au chant III
côté rue le monde des vivants

côté cour le monde des morts
veillé la nuit par les arbres bouffés à l’acide
par les drapeaux bleu-blanc-rouge par la cheminée orientale
du colombarium. urbi
et orbi. un mur
d’enceinte
en pierre sépare les deux mondes. on entend le train
par vent d’est. on voit les couronnes de fleurs déborder
des poubelles. chaque fois
on a le cœur
qui se dérobe

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.