Morphoses de Claudine Galea

Illustrations Goele Dewanckel.

’Il n’y a pas de genre à Je t’aime", pas de morphologie à l’amour. Fille/Garçon, il ou elle, l’un ou l’autre, ls corps se mélangent, s’échangent et se transforment dans la chorégraphie de l’amour. Nele est-elle il ou elle ? Au plus profond des réminiscences de l’enfance, dans les contes et les comptines, dans le souvenir d’une perte, le manque d’un être, elle cherche son prénom. Lors d’un séjour sur un autre continent, au-delà de la mer, loin de sa mère, et dans une autre langue, elle cherche ses repères. Il reste un pull rouge qui a appartenu à celui qu’elle a perdu, et qui séduira peut-être un autre.

Un ouvrage où le mélange des écritures et des genres donne corps à l’émotion.

Paru le 1er décembre 2006

Éditeur : Le Rouergue

Genre de la parution : Jeunesse

Poème
de l’instant

L’ivre de mots

Se risquer à vivre.
c’est bien le minimum.

Stéphane De Groodt, L’ivre de mots, Éditions de l’Observatoire, 2019