N’essences

Auteur : Jean-Luc Steinmetz

<i>N'essences</i>

Collection La rivière échappée

N’essences s’aventure dans un monde verbal fait de scènes uniquement pensables par une logique de l’inconscient et dont la représentation n’est possible que dans l’espace du livre. Poèmes en prose, en apparence. Plutôt récifs brefs, chroniques arrachées, que seule la poésie est en mesure de dire. Loin de l’automatisme surréaliste, loin pareillement d’une littéralité plus récente, une expression prend forme. Le sujet se décline, constamment probable, sans jamais que sa personne se réduise à quelqu’un. Autour, des figures mythologiques éparses forment de problématiques indices culturels. Page après page vient au jour ce que chacun ne tardera pas à y reconnaître - justification suffisante pour ces compositions d’allure insensée qui font semblants de se souvenir, alors qu’elles inaugurent un futur antérieur.

Paru le 1er avril 2001

Éditeur : Apogée

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.