Non je ne mourrai pas

de Jean Désy

Non je ne mourrai pas

Mourir. Malgré la vie. Malgré la joie. Mourir. Peut-être renaître un jour. Conte-poème au pays des Inuits et des coureurs de froid. Accueilli et soigné au Nunavik, l’aventurier blessé médite sur la mort, la vie et l’amour. C’est dans la toundra que le rescapé retrouvera la force de vivre.

Je vous connais gens du Nord
Bien-aimés nomades depuis des lustres
Qui parcourez cette terre
De loups-marins et d’eaux
Je vous connais mes courageux
Et même si je ne vous connaissais pas
Vous me recueilleriez en disant
Bienvenue à toi le pauvret
Celui dont la jambe traîne comme une peau
Entre qu’on te serve un thé brûlant
Viens dans la chaleur de notre abri

Point de vue de l’auteur
Mourir. Voilà notre lot, malgré la vie, malgré la joie. Mourir, mais peut-être renaître un jour. Ou peut-être accéder au néant, lieu du silence suprême. L’interrogation est majeure, fondamentale. Elle a vrillé les esprits humains depuis la préhistoire. C’est à force d’écrire, mais aussi parce que mon activité médicale m’a souvent mis en contact avec la mort, que je me suis rendu compte que l’angoisse existentielle constituait l’un de mes moteurs d’existence. J’ai vécu le plus intensément possible, en cherchant à donner de l’amour comme à rester en état d’amour, parce que, peut-être, toute cette vie qui est la nôtre n’est qu’absurdité. Peut-être. Mais de tout mon être, je veux avoir foi en mon âme comme en l’Âme du monde.

Paru le 14 janvier 2021

Éditeur : Mémoire d’encrier

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Papillon qui bats des ailes

Papillon qui bats des ailes
je suis comme toi –
poussière d’être !

Kobayashi Issa, 1763-1828.