Nos abris

Auteur : Albane Gellé

Nos abris

Albane Gellé poème, Anne Leloup lithographies.

Quelques-uns, seuls, ensemble, tâchent de vivre au milieu de diverses étendues, géométriques, géographiques, ils essaient des combinaisons de vies et d’émotions, ils se battent avec des confusions, testent les positions de leurs phrases, inventent des figures, s’appliquent à placer leur corps dans une dimension à leur taille, laissent des espaces mesurés entre chacun d’entre eux, se tutoient, cherchent au bout du compte à se mettre à l’abri des dangers.

Avec ce texte, Albane Gellé explore nos dénominateurs communs ; nos besoins d’amour, d’équilibre, de consolation dans un monde souvent trop vaste ou trop meurtri. Un monde dans lequel nous pensons devoir trouver notre juste place, alors que peut-être, nous devrions nous y glisser, nous y couler, ou simplement y vivre.

Et là, avec quelques mots, phrases en viatique, les possibles se construisent. Albane Gellé nous parle de solitudes fécondes, de rencontres, de pensées solidaires, dans un espace mouvant qu’il nous reste toujours à construire.

Les fragments de lithographies d’Anne Leloup accompagnent les textes. Ce sont des formes, des cocons, des cailloux qui parfois servent de talismans et qui tentent de résumer des bouts de monde.

Paru le 15 mars 2019

Éditeur : Esperluète Editions

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.